Menu
Hunger Games 3 / News / Presse

« La Révolte » – Partie 1 : En couverture du magazine ‘Empire’ “Les horreurs exercées sur Peeta iront encore plus loin que dans le livre”

Le magazine “Empire” a dévoilé sa nouvelle couverture du numéro de décembre 2014 dont la sortie est prévue à jeudi aux États-Unis, avec un dossier spécial Hunger Games – “La Révolte” : Partie 1 comprenant des interviews, détails et images du film.

Jennifer Lawrence a l’air plus jeune que ses 24 ans et légèrement terrifiée à l’idée d’être aussi importante. « C’est… Excitant ? » dit-elle après une hésitation. « C’est difficile parfois quand on le vit de prendre du recul pour s’en rendre compte. On est au centre de l’action mais en même temps, on ne réalise pas l’impact que ça a vraiment. Je me sens soulagée, j’imagine ? J’adore ces livres. Ils étaient vraiment très divertissants, mais ils sont aussi importants… J’ai hésité avant de dire oui à ça [pour savoir si j’étais prête à être connue en tant que ce personnage pour toujours]… Mais je me suis dit que c’était un personnage que je serais fière de porter pour le reste de ma vie. Maintenant je suis dedans et je ne vois plus très bien ce qu’il se passe, mais c’est une décision que j’ai prise quand j’y voyais encore clairement. Donc je fais confiance à ça et je me laisse porter. »

Pour ceux qui font la série, La Révolte est celui qu’ils attendaient le plus. C’est là que tout prend forme. Si vous pensiez que les deux premiers, avec tous ces meurtres d’enfants et la révolution, étaient un peu sombres, alors vous devriez commencer à prendre des pilules du bonheur avant celui-là. La dernière image de L’Embrasement montrait Katniss (Lawrence) criant directement à la caméra. Elle venait d’être sauvée par hélicoptère de l’arène des Hunger Games, qui venait d’exploser. Peeta (Hutcherson), son amoureux possible, était dans un autre vaisseau, capturé par le méchant Coriolanus Snow (Donald Sutherland), aux côtés de Johanna (Jena Malone). Katniss se retrouve maintenant avec les rebelles de Panel, les habitants du District 13 présumé être un mythe qui veulent que Katniss devienne le ‘Geai Moqueur’, le symbole de la révolte contre le gouvernement répressif de cette dystopie, le Capitole. La guerre n’est plus contenue dans des endroits créés de l’arène. La guerre arrive.

« Cruel ? Je ne pense pas que Snow soit cruel, » s’étonne Donald Sutherland. Dans La Révolte Partie 1, Coriolanus Snow enlève et torture deux champions des Hunger Games pour les utiliser en marionnettes de la propagande, et tue encore plus de personne pour stopper les rebelles. Ce n’est pas le genre qu’on qualifierait de gentil. « C’est un oligarque, » insiste Sutherland, qui a en personne la même élégance magnétique de Snow, sinon la suggestion qu’il pourrait vous éborgner d’une seconde à l’autre. « Lyndon Johnson ne pensait pas être cruel. C’est un criminel de guerre. Poutine ne pense absolument pas être cruel. Personne ne pense être cruel. » C’est un peu plus profond qu’on ne l’envisageait, mais d’accord, la cruauté ne pense pas être cruelle, ce qui ne la rend pas pour autant moins cruelle. « Snow n’est qu’une homme accomplissant sa tâche de la meilleure manière qu’il le puisse, » répond Sutherland. « Il arrive à la fin de sa vie. Il veut trouver quelqu’un qu’il puisse former pour cette position et la seule personne qu’il ait trouvée est Katniss Everdeen, mais elle ne prendra pas sa place. Ça devient donc un duel. C’est un jeu d’échec. »

Cette partie aura plus que deux joueurs, ce qui détruit l’analogie de l’échec, bien que l’on ne vous dévoilera pas d’où viennent le ou les autres challengers pour la place de Snow. C’est un mauvais moment pour le Capitole dans La Révolte, avec des fissures qui commencent à se voir et les autres districts qui menancent de se révolter. Il ne semble pas y avoir de fin heureuse pour Snow. « Il veut vivre à jamais, » dit Sutherland, « pour combattre Katniss. Mais il ne peut pas. »

Celle qui vit peut-être un moment encore plus difficile, c’est Effie Trinket, la poupée du Capitole interprétée par Elizabeth Banks. « Oh elle est très malheureuse, » affirme Banks à propos de la chaperonne de Katniss et Peeta. « C’est tellement triste. La révolution a détruit la garde-robe de Effie… Elle reste fabuleuse, mais elle n’a littéralement qu’une seule perruque et un seul ensemble. » Effie ne reverra pas son chez elle avant La Révolte Partie 2, et encore, pas sous les meilleures circonstances. En s’éloignant du livre, dans lequel Effie était prisonnière et largement « hors caméra » elle a été « amenée au District 13, juste avec ses vêtements sur le dos » pour se joindre aux rebelles. « En gros, je prends le rôle de Fulvia, » explique Banks. « Fulvia est un peu la main droite de Plutarch [Philip Seymour Hoffman] dans le livre. Plutôt que d’introduire un nouveau personnage, Effie prend ce rôle. »

Cependant en grande partie, son rôle est toujours d’avoir l’air aussi remarquable que possible face à la noirceur de ses costars. « Tout le monde au District 13 reçoit un uniforme standard, mais ça ne conviendra forcément pas à Effie, » dit Banks, en agrippant avec un air moqueur son collier. « Elle fera de la haute couture avec ce qu’elle trouvera. On a appelé son approche ‘’Le projet haute couture du Distrit 13.’’ »

« Je pense que beaucoup de gens ont trouvé le dernier livre morne, mais ce n’est pas nécessairement mon cas. Il est difficile, mais pas morne, » déclare le réalisateur Francis Lawrence, qui revient prendre les rennes des deux films de La Révolte après L’Embrasement. « Avec la Partie 1, qui fais disons un peu plus de la première moitié du livre, concerne la propagande de la guerre. C’est le moment où ils commencent à utiliser Katniss en tant que Geai Moqueur, comme un symbole de la rébellion. »

Quant à lui, Francis Lawrence est optimiste face au succès grandissant de la série. « À vrai dire, c’est assez excitant pour moi » dit-il. « J’espérais que L’Embrasement soit bien reçu et marche bien. Mais dans ma tête, je me suis toujours dit ‘’Mon Dieu, refaire plus que 400 millions $ [aux Etats-Unis], c’est un peu du jamais vu,’’ et je me voyais mal faire mieux que ça. J’étais aussi persuadé que les gens aimaient beaucoup le premier livre. Il y avait beaucoup de doutes, pour moi. Le succès (L’Embrasement a reçu de meilleures critiques et a dépassé le box-office domestique de Hunger Games de 20 millions $) était génial, mais d’un coup, la barre est devenue encore plus haute… Pour être honnête, je suis un peu stressé à ce propos. »

Hunger Games a toujours su attirer un casting impressionnant, mais le triomphe des deux premiers signifie que de grands noms font tout pour en faire partie, plutôt que d’être appelés. « Julianne Moore est venue vers nous, » dit Francis Lawrence. « J’avais du mal à croire à notre chance. »

« Je rêvais d’en faire partie, » dit Moore, qui prend le rôle de Alma Coin, la président du District 13 qui dirige la révolte et se dispute fréquemment avec Katniss. « J’ai lu les livres il y a un moment quand j’étais en vacances. Mes enfants les avaient lus et je n’avais rien amené à lire, donc je les ai pris. Je les ai dévorés. Quand j’ai su qu’ils allaient faire un film, je me suis demandé qui allait jouer Coin. J’ai donc passé un coup de fil pour faire savoir que j’étais très intéressée pour jouer ce rôle. »

Alors qu’il accueille de nouveaux acteurs, Hunger Games représente également un triste mais éperons-le triomphant, dernier chapitre. Pendant le tournage des deux derniers volets, dans La Révolte Partie 2 en 2015, ce sera la dernière fois que nous verrons Philip Seymour Hoffman dans un nouveau film. L’acteur, qui joue un Haut Juge et un rebelle secret du nom de Plutarch Heavensbee, est décédé le 2 fécrier 2014 d’une overdose, pendant un weekend de repos sur le tournage de La Révolte.

En tant que leader, il incombait à Lawrence de guider les acteurs et l’équipe du film à travers cette épreuve et de parvenir à terminer le tournage du film. « Le premier jouer, on aurait pu entendre une mouche voler… On s’est tous réunis et on a dit quelque chose à propos de lui et pour lui. C’était dur… Chaque jour quand on commençait, pendant trois ou quatre semaines, il fallait qu’on prenne notre temps parce que quelqu’un reprenait, quelqu’un dont c’était le premier jour depuis qu’il était décédé et ils avaient besoin de prendre leur temps. On a fait attention aux émotions de tout le monde. »

Il y a eu des rumeurs sur la toile que Hoffman serait digitalement recréé pour compléter ses scènes, et Francis Lawrence insiste que ça n’a jamais été envisagé. « Il lui restait deux scènes importantes et le reste, c’étaient des apparitions dans d’autres scènes, » explique-t-il. « On n’avait pas l’intention de fausser une performance, donc on a modifié ces scènes pour les donner à d’autres acteurs. Pour le reste, on ne l’a simplement pas fait apparaître dans ces scènes. Il n’y a pas de manipulation digitale ou de fabrication par effets spéciaux. »

Le rôle du damoiseau en détresse dans La Révolte repose sur Josh Hutcherso qui, en tant que Peeta, a été pris dans le mauvais hélicoptère à la fin de L’Embrasement et est en chemin vers le Capitole pour être victime de tortures et de malheurs bouleversants, alors qu’il est utilisé comme porte-parole pour la lutte du Capitole contre les rebelles, mascotte opposant ainsi le Geai Moqueur de Katniss.

« Oui, Peeta ne passe pas un très bon moment dans celui-là, » dit Josh Hutcherson par téléphone depuis Los Angeles. « Mais en fait, j’avais vraiment hâte d’arriver à la partie où Peeta est lobotomisé et torturé et il devient un peu fou, et tout ce fun… Pas fun dans le même sens que les autres, mais plutôt à l’idée de jouer des trucs graves pour le personnage. » Et les horreurs exercées sur Peeta iront encore plus loin que dans le livre. « Le livre n’explique pas tout ce qui arrive à Peeta, » dit Hutcherson. « Donc on avait la liberté de le créer nous-mêmes. Il va subir une privation d’eau et de nourriture, ainsi qu’une privation de sommeil et différentes formes de lavages de cerveau. »

Peeta est accompagné dans sa captivité par Johanna Mason, qui semblait être la méchante du groupe de vainqueurs de L’Embrasement, mais s’est avérée prête à se mettre en danger pour sauver Katniss. Sa récompense sera un tourment brutal, en étant noyée et sujette à des chocs électriques, et peut-être même la mort. « Avant d’auditionner, je me rappelle avoir lu le livre et avoir pleuré dans mon lit, » raconte Jena Malone, qui interprète Johanna. « Ce sont des films qui posent des questions politiques importantes. Ça pose ces questions difficiles d’une façon que le public le plus jeune peut comprendre… » Dans La Révolte, la résolution infaillible de Johanna est sévèrement mise à l’épreuve.

Tout comme sa costar Sam Claflin, Hutcherson va vivre un changement physique radical dans La Révolte, les heures de torture physique et psychologique ayant altéré sa forme. Contrairement à Claflin, il n’a pas s’agit de s’affamer pour être plus réaliste. « Oh, Sam a subi ça ? » demande-t-il avec un petit rire coupable. « Non, j’ai été aidé par des effets spéciaux. J’ai subi un régime d’effets de la post-production… Mais ma transformation était tellement radicale que ça aurait probablement été dangereux à faire en vrai. Peut-être que Sam n’était pas au courant qu’on pouvait utiliser des effets spéciaux… »

Le fait de jouer des scènes aussi difficiles pour les deux derniers films n’a pas amoindri la peine de devoir quitter Hunger Games. « C’était vraiment triste de finir, » annonce Hutcherson. « On se verra toujours, évidemment, mais c’est bizarre que ce soit fini… On a regardé des photos de nous quand on a commencé et on a l’air tellement jeunes ! C’est là qu’on a réalisé le temps qu’on a passé à faire ces films. »

L’autre sujet que [Jennifer Lawrence] n’aime pas discuter est la fin de Hunger Games, bien que ce soit déjà fini pour elle. « Je ne peux pas, » dit-elle en secouant les mains devant son visage et en hochant la tête. « Je n’ai pas l’impression que ce soit derrière moi du tout. Je n’ai pas encore réalisé. Du tout. Je ne peux pas vous dire ce que je ressens parce que je ne sais pas encore. Je pense que je réaliserai quant j’irai tourner un autre film et que je n’aurais pas ces films vers lesquels revenir. Je me suis toujours sentie chez moi ici. »

Elle reconnaît tout de même que le tournage est terminé. Le dernier jour du tournage principal a eu lieu à Berlin, avec une scène entre Lawrence et Woody Harrelson. « Je me rappelle que Francis pleurait, » raconte-t-elle. « Je me rappelle que Woody, Josh, Liam et moi on s’est tous serrés dans les bras pendant des heures. Certaines personnes vivent leur vie sans jamais connaître ce qu’on a vécu. Je suis tellement reconnaissante d’avoir ça dans ma vie. La dernière chose qu’on ait faite, c’était se serrer les uns les autres comme des chiots. »

« Elle vous a dit que j’ai pleuré ? » s’étonne Francis Lawrence. « Ça ressemble beaucoup au dernier jour à l’université. Vous avez de merveilleux amis et vous avez passé beaucoup de temps les uns avec les autres et tout le monde promet qu’on passera du temps ensemble, mais on sait un peu que ça n’arrivera pas… »

Ce n’est pas totalement vrai de dire que la production de Hunger Games est complète. Il reste, Lawrence a laissé échapper, une dernière scène à tourner pour la toute fin de la série, où il serait possible que l’on voit ses neveux pour des rôles que nous ne dévoilerons pas. Mais après ça, la saga de Katniss sera terminée. Cependant, quand des studios trouvent une franchise avec un tel succès, ils sont réticents à l’idée de la laisser prendre fin. […] Puisque Hunger Games ne pourra pas emmener Katniss et Lawrence plus loin, reste-t-il une chance que la « marque » Hunger Games se poursuive d’une certaine façon ? Francis Lawrence répond d’une manière qui suggère que ce n’est pas la première fois qu’on lui demande d’envisager l’idée.

« C’est difficile. C’est très bizarre, » dit-il. « Le monde de Harry Potter, il y a beaucoup de choses à dire sur ce monde. On peut comprendre l’attrait à l’idée de raconter une autre histoire, mais peut-on vraiment le faire sans Harry et Hermione et tous ces personnages ? Les gens y tiendront-ils autant ? Je pense qu’on peut dire la même chose du monde Hunger Games. Il y a eu beaucoup d’anciens jeux et beaucoup de choses dans ce monde, mais sans Katniss, est-ce la même chose ? Une chose que j’aime avec cette série c’est le lien avec des choses auxquelles on pense et on parle en ce moment. Quelle est la nouvelle version de ça ? C’est ça qui est compliqué. » En tout cas, ce n’est pas un non…

Credit: Hunger Games France.

No Comments

    Leave a Reply